Nathalie Cholin

Psychopraticienne

Consultante en formation & gestion psychologique de crise

Nathalie cholin

LE CLIENT AU CENTRE DE SON PARCOURS DE SOIN : UN DEFI?

Depuis plusieurs années déjà, nous assistons à de véritables changements profonds des organisations au sein des établissements de santé avec la nouvelle gouvernance et les objectifs de maintien ou d’un retour à l’équilibre budgétaire. Qu’en est t il vraiment ?

Ces contraintes budgétaires ont eu un impact sur les effectifs, la charge de travail fragilisant le collectif de travail en effaçant les temps d’échanges et de rencontre pluridisciplinaires.Les chefs de pôles et les cadres se sont transformés en gestionnaires, plutôt qu’en initiateurs de projets et d’accompagnateurs de leurs équipes sur le terrain. Les pathologies sont codifiées, les traitements rentables, et les personnels de terrain exécutants silencieux.

Le résultat :
Des déficits jamais vu.
Un coût exorbitant pour notre société
L’absentéisme, le turn over voire même des suicides de personnels
Le cloisonnement des différentes corporations.
L’absence d’encadrement et d’accompagnement des nouveaux diplômés
Des internes en médecine surexploités
La démotivation, l’agressivité et le découragement….

Les conséquences pour le patient sont lourdes. Tributaire et prisonnier d’un système dans lequel il faut faire lien, comprendre, décoder, subir….Certes des lois obligent l’information et le consentement du patient. Mais quand est t il vraiment? On s’empresse de vous faire signer le consentement dès votre arrivée et l’information a t’elle pour but d’ ouvrir sur le dialogue, de proposer toutes les alternatives possibles ou ne fait t’elle qu’imposer un point de vue unique.

Quel système peut être rentable, quand il néglige à ce point les besoins et la satisfaction de ses clients? Quel système peut faire de la qualité quand il oublie l’exigence de perpectives motivantes pour ses employés au bénéfice d’un travail à la chaine, les éloignant des valeurs profondes pour lesquelles ils sont là.

Travailler au coeur de l’humain en mettant l’humain au coeur du parcours de soin?
Chaque individu est singulier, a sa culture, ses croyances, ses valeurs , une famille, des amis et tout cela fait de lui un puit inestimable de ressources.

La survenue d’une maladie d’autant si elle est grave s’impose initialement à la personne : fragilisée, paralysée , choquée , elle devient provisoirement tributaire d’un système qui se doit de prendre soin d’elle et non de prendre le pouvoir sur elle. L’identito-vigilance ne doit s’arrêter à mettre un bracelet autour du poignet mais correspondre à une véritable reconnaissance de l’identité et donc de l’humain. Oser rencontrer, questionner, faire connaissance et permettre à la personne de retrouver son pouvoir de réfléchir, d’agir, de réagir et de comprendre. Laissons à sa convenance sa famille et ses proches autour de lui, redonnons à chacun sa liberté plutôt que d’être dans cette forme d’emprise qui le rend vulnérable.
Quelle entreprise aujourd’hui peut encore se permettre cette prise de pouvoir?

Le patient est un client avant tout, l’accepter c’est peut être s’obliger à l’écouter, le respecter et lui proposer le meilleur en fonction de son point de vue et non du nôtre.

Pour mon ange