Nathalie Cholin

Psychopraticienne

Consultante en formation & gestion psychologique de crise

Nathalie cholin

PLAN BLANC IMPLIQUES PSYCHIQUES

Les différents attentats perpétués ces derniers mois ont mis en évidence la problématique de générer (outre les victimes physiques) en un même temps et  un même lieu de nombreuses victimes psychiques dépassant les moyens existants (CUMP) pour y répondre de façon adaptée.

Les différents retours d’expériences réalisés dans les suites de ces évènements ont montré la nécessité pour les établissements de santé d’intégrer au plan blanc hospitalier, une organisation spécifique pour permettre l’accueil massif et/ou irrégulier d’impliqués psychiques et de familles.

Ce dispositif doit nécessairement intégrer:

EN AMONT :
La formation des personnels du SAU, des agents administratifs et des agents de sécurité sur l’accueil, l’identification et le tri immédiat
La formation des professionnels de psychiatrie à la prise en charge médico-psychologique
La formation des cadres et directeurs aux stratégies organisationnelles de ce type de dispositif
Une liste de rappel actualisée des personnels devant intervenir au sein des zones
Une liste de volontaires préalablement formés et sensibilisés à l’accueil immédiat des impliques psychiques et n’ayant pas de mission pré-établi dans le plan blanc initial
Concertation des différents acteurs extérieurs (police, CUMP, association d’aide aux victimes) pour une meilleure coordination sur le terrain.
La cohérence dans le choix des emplacements des zones impliques psychiques, familles, médias, acteurs extérieurs répondant aux aspects sécuritaires indispensables à ce type de prise en charge
La formation des responsables de zones à la mission de coordination, l’identification d’un coordonateur général en cellule de crise
La prise en charge médico-psychologique immédiate et post immédiate des professionnels
La rédaction de fiches d’aides pour chaque zone

AU DECLENCHEMENT DU DISPOSITIF/

La mise en place rapide des différentes zones
Le rappel des personnels en fonction des besoins identifiés/au type d’évènement avec anticipation de variations du flux.
La coordination des différents acteurs médicaux, sociaux, psychologiques, judiciaires et aide aux victimes en cohérence avec le dispositif hospitalier.
La prise en charge médico-psychologique dans les différentes zones du plan blanc
L’évaluation des besoins matériels et humains /flux et l’anticipation des relais

APRES L’ÉVÈNEMENT :

La mise en place de débriefing technique et psychologique pour l’ensemble des intervenants
La continuité et l’accompagnement des victimes dans la durée (y compris les blesses physiques hospitalises.

EN CONCLUSION

Si jusque là, les priorités du Plan Blanc portaient principalement sur l’organisation et la prise en charge des blessés physiques, il semble désormais impératifs pour les établissements de Santé d’y intégrer rapidement un dispositif cohérent et structuré de prise en charge des impliqués psychiques et des familles.